800 heures d’ombres cumulées par an
c’est jusqu’à
4 heures de privation de lumière naturelle sur tout un quartier résidentiel pendant les mois où les jours sont déjà les plus courts.

Ce sont des enfants et des familles entières qui sont plongées dans l’ombre d’une construction privée avec tous les effets négatifs sur la santé et le sommeil qui cela peut représenter.

C’est la privation d’accès à la transition énergétique par l’énergie photovoltaïque pour tout un quartier.



L'étude indépendante qui suit démontre que les ombres portées par une tour de 60 mètres ont été présentées de manière lacunaire et trompeuse, révélant un total de 800 heures cumulées sur les habitations en vis-à-vis direct, rendant impossible l’évolution vers la transition énergétique photovoltaïque pour tout un quartier. 800 heures c’est aussi jusqu’à 4 heures de privation de lumière naturelle pour les enfants et les familles résidentes pendant la saison où les journées sont déjà courtes.

Cette étude est maintenant disponible sur notre site ici. A ce jour, l’impact total sur l’ensemble du quartier et des environs n’a fait l’objet d’aucune évaluation. Dans une seconde projection, nous avons pu voir qu'au moins 1/3 des foyers glandois serait impacté par les ombres portées.

Mais quel que soit le verdict final, les toits de Gland sont aujourd'hui en pleine exposition au soleil. Avec ce projet, ils ne le seront plus. Les autorités et le conseil de l'époque ont donc autorisé à tort un projet qui portera préjudice aux familles, aux locataires et aux propriétaires des habitations touchées et aucun argumentaire ne pourra changer l'exposition au soleil.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



L’autorisation d’un tel projet ne relève donc pas uniquement du sacrifice d’un petit nombre de citoyens mais de tout un groupe d’habitants. Ce constat est en complète opposition avec une commune qui se veut le porte drapeau d’une ville promotrice de la transition écologique.

Cette étude n'est peut-être pas parfaite mais quelle qu'en soit la lecture, elle soulève un point qui n'a pas été abordé dans le dossier d'enquête publique. Pour cette seule raison, et même si il ne devait y en avoir qu'une, ce projet devrait être revu et des gabarits doivent être posés pour pouvoir évaluer de manière complète et précise l'impact d'une telle construction sur tout un quartier résidentiel de notre ville.

Cliquez sur l'image pour télécharger l'étude:

AvenirGland Etude TitlePic.png

NB.: Les images de la maquette nous ayant été explicitement interdites par l'architecte, nous avons utilisé des images provenant de Google Maps en respectant au mieux les proportions utilisées dans le dossier d'enquête publique. En tous les cas, la projection à taille réelle par la pose de gabarits est nécessaire pour répondre avec précision  sur l'impact effectif de la dimension effective et des ombres portées.